Mairie de Le Biot

Accès rapide

Vous êtes ici : Accueil > Loisirs et Culture > Histoire du Biot > Quelques jalons historiques

Quelques jalons historiques

  • Publié : 24 octobre 2016
  • Mis à jour : 4 janvier 2017

Le premier peuple à occuper le Chablais et dont nous connaissons l’histoire était les Allobroges.
Battue puis soumise à Rome l’Allobrogie devient la Sapaudia. Les Romains devront ensuite partager avec les Burgondes, puis ceux-ci sont battus par les Francs.

Certains Burgondes s’enfuient alors dans les hautes vallées encore inoccupées. Ils défrichent, construisent des villages. Le Biot sera l’un des premiers et son patois comporte encore des mots d’origine burgonde.

Sans pouvoir avancer la date exacte, c’est au Biot que fut construite la première église de la vallée d’Aulps, sans doute au VIIIème ou IXème siècle.
Par ailleurs un document du XIème siècle, vers 1020, atteste d’un échange dans lequel figure « une manse* située au Biot ». (* une terre agricole)

JPEG - 720.1 ko
JPEG - 467.6 ko

Le Biot se développe et devient, au XIIIème siècle, le chef de la Métralie de la Vallée d’Aulps (le Métral dépend du Châtelain d’Allinge-Thonon qui lui-même est subordonné au Comte) et du moyen âge à la fin du XIXème siècle Le Biot est un village important. (1)
La Forclaz, La Vernaz , Seytroux, La Baume feront partie, plus ou moins longtemps, de la paroisse du Biot.

Mais après la première guerre mondiale Le Biot décline : la construction d’une nouvelle route entre Le Pont-de- Gys et Morzine qui évite le village (creusement du tunnel des Tines) entraîne une baisse sensible de son activité et de son importance.

( Informations puisées dans l’ouvrage de Francis Morand, en vente à l’Hôtel des Tilleuls, Le Biot et celui de Henri Baud et Jean-Yves Mariotte (editions Horvath)

Dans les années 2000, Le Biot retrouve un certain dynamisme, développe ses infrastructures et voit sa population augmenter, tout comme le nombre de classes de sa nouvelle école.

La mappe sarde, premier cadastre graphique en Europe, dressée de 1728 à 1738, "malgré son ancienneté est encore aujourd’hui riche de renseignements ...et fut un outil précieux pour l’assiette de l’impôt, la délimitation des propriétés et l’histoire du pays" (**). Les mesures pour celle du Biot ont commencé en 1730.

JPEG - 126.5 ko
JPEG - 809.6 ko

(**)Alain Guiraud, spécialiste des mappes sardes et qui reconstitue celles des paroisses chablaisiennes.

(Pour se procurer celle du Biot, écrire à a_guiraud@hotmail.fr)

Tout sur les mappes www.savoie-archives.fr/870-la-mappe-retrouvee.htm]]

(1) Une péripétie de 1291 concernant Jean de Rovorée dit "La Moille".